« Jamais plus » de Colleen Hoover.

jamais-plus-893786-264-432

« Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Lyle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu’elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ? »

Mon Avis : La vérité toute nue ? Si vous ne deviez lire qu’un titre de cette auteure, je vous conseillerai celui-ci ! Je referme ce bouquin le cœur lourd, les larmes aux yeux, c’est un magnifique coup de cœur, l’auteure m’a souvent dépanné quand je n’avais pas la tête à lire mais il suffit que je la lise pour me relancer la passion littéraire…

Que dire sans spoiler, je ne pourrais vous raconter plus le livre. Limite je dirais à une lectrice « tu connais Colleen Hoover, non ? Eh bien je te conseille Jamais plus, ne lis même pas le synopsis, ne vas pas voir les avis des lectrices, lances toi dans sa lecture, découvres de par toi-même la puissance de ses mots… »

J’ai été séduite, touchée, par les personnages que nous présente l’auteure. Une romance avec un fond dramatique, un problème de société que rencontrent beaucoup de femmes dans ce monde et qui est souvent tût. Impossible de penser aux femmes qui vivent ce quotidien chaque jour, le silence, la peur, la crainte, quand l’amour doit régner dans un foyer. L’auteure m’a bouleversé à travers un récit tellement proche de la réalité, non ‘est bien la réalité même. Elle a réussi à m’emmener là où elle a emmené déjà tant de lectrices. Je sus arrivée à un moment où j’étais cette jeune femme, Lilly, cette impression de vivre ce qu’elle vivait, ressentait, sa tristesse, sa souffrance, ses sentiments, ses émotions, et comme l’écrit si bien l’auteure dans son livre, quand y a de l’amour ça fait plus mal.

Je vous livre ici mes émotions suite à la fin de ma lecture, vous comprendrez que je ne peux en dire plus car je suis sans voix, mon avis est désordonné tellement j’ai été chamboulée… Lisez tout simplement, une lecture qui vous fait autant de bien comme autant de mal…

« Room Hate » de Penelope Ward.

room-hate

« Justin et Amélia sont amis depuis l’enfance. Ils ont même été amoureux à l’adolescence. Ils ont passé toutes leurs vacances dans la maison de la grand-mère d’Amélia, leurs parents respectifs étant souvent absents.

Quelques années plus tard, ils héritent de la maison. Amélia, qui est institutrice, décide immédiatement d’aller passer ses vacances dans ce lieu qu’elle aime tant Elle est loin d’imaginer que Justin a eu la même idée. Il débarque un matin avec sa guitare et sa petite amie Jade. C’est là que les choses vont se compliquer et que les incompréhensions du passé vont ressurgir. La cohabitation va s’avérer plus que difficile. »

Mon Avis : Après avoir apprécier l’intrigue de Mourir sur Seine de Monsieur Bussi, il me fallait couper avec le genre littéraire, revenir à une belle romance comme je les aime. De nos jours les romances ça pousse comme les champignons savoir dénicher l’histoire qu’il me faut sur le moment ne m’est pas évident. Et me voilà à surfer sur le blog de lectrices, je regarde les tendances du moment, je m’arrête sur un de ses coups de cœur du moment, le titre ne me dit rien ni son auteur, je découvre le résumé, hmmm ça me plaît et l’avis de la lectrice me plaît mais je ne le lis pas jusqu’au bout pour éviter tout spoiler. Et c’est décidé ça sera ce titre, « Room Hate » de Penelope Ward.

Le résumé nous dévoile direct la trame de l’histoire, Justin et Amélia c’est tout d’abord une forte amitié mais le temps les aura séparé pour diverses raisons. Quelle belle amitié, je pense pour la plupart d’entre nous, pour celles qui nous ne l’ont pas vécu, une amitié avec un garçon j’y ai toujours cru.

Justin et Amélia se retrouvent après de très longues années, Justin n’a jamais pu pardonné Amélia d’être partie, de l’avoir quitté. Les retrouvailles sont électriques, et la cohabitation se révèle être impossible entre eux d’eux, respirer le même air c’est limite pour le jeune homme, d’autant plus que la copine de Justin est juste adorable avec Amélia, naîtra une étonnante entente entre elles.

Justin quant à lui, est ingrat, insupportable, irrespectueux. Il est froid envers elle, il la rabaisse, la traite comme une vieille chaussette. Il fait la sourde oreille quand Amélia commence à lui expliquer les raisons de son départ, ses motivations.

Là où leur cadeau commun devait les réunir, les faire retrouver, on retrouve deux amis qui sont limite des étrangers, l’un toujours en souffrance et l’autre dans l’espoir que leur amitié ait perduré malgré tout.

Dans la vie comme dans les livres, on a tous droit une seconde chance quoique la vie nous ait fait subir, la roue tourne, et l’amour s’en mêle… Une histoire magnifique que pourrait vivre n’importe qui ou qui l’a déjà vécu.

La seconde partie du roman tourne de façon inattendu, le sort s’acharne toujours, Amélia doit encore faire face à une épreuve. Une épreuve qui s’avère être un mal pour un bien. On s’attache à ce duo amoureux. A travers le récit d’Amélia, on ne peut que s’attacher à Justin sans que l’auteur nous le décrive directement, mais plus à travers les yeux d’Amélia, son amitié pour lui, ses sentiments, ses émotions. On ressent la souffrance qu’a causé le départ d’Amélia, à travers la méchanceté du jeune homme envers son amie d’enfance. Une souffrance qui n’a fait que grandir durant jusqu’à leur retrouvaille. Mais Justin est avant tout un homme très aimant et touchant.

J’ai été là « spectatrice » d’une très belle romance entre un homme et une femme qui se sont toujours aimés mais que la vie a séparé… pour mieux se retrouver et surtout pour se reconstruire… La plume de l’auteure est agréable, les émotions retranscrites sont d’une profondeur tout en étant touchant que le récit est plus que crédible. Un coup de cœur pour ce premier titre que je découvre de cette auteure.

« Mourir sur Seine » de Michel Bussi.

Mourir-Sur-Seine

« Un meurtre… Huit millions de témoins.
Sixième jour de d’Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen !
Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ?
Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ?
De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ?
Quel scandale dissimulent les autorités ?
Une implacable machination… qui prend en otage huit millions de touristes.
Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine.
L’histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l’énigme. Les quais de Rouen, le pont Flaubert, le cimetière de Villequier, la chapelle Bleue de Caudebec-en-Caux, l’aître Saint-Maclou, l’hôtel de Bourgtheroulde, les rues médiévales de Rouen, les berges de la Bouille, la Marais Vernier… deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l’imagination. »

Mon Avis : Voilà un auteur que je vois partout et dont les avis sont très positifs. Évidement j’ai eu vite envie de le découvrir moi qui ne suis pas auteur français, Michel Bussi a réussi à me faire changer d’avis.

Ce premier titre m’a tout simplement séduite ! L’auteur m’a fait voyager dans le temps en remontant les siècles jusqu’aux pirates, leurs contes, leurs légendes, leur trésor enfoui à jamais retrouvé. J’ai été témoin de ce fabuleux défilé de trois mâts venus de tout pays, en pleine Armada qui se déroule tous les 5 ans.

L’histoire commence avec la découverte du corps d’un marin mexicain sur le quai, jeune marin venu sur le magnifique trois mâts mexicain « Cuauhtémoc ». Macabre découverte qui à première vue pourrait faire penser à un règlement de compte entre matelots ivres. Sera chargé de l’affaire le commissaire Gustave Paturel.

Jusque là on pense à une enquête de routine qui pourrait se résoudre assez vite mais les résultats du légiste met le doute sur toute l’affaire, à savoir qu’entre le coup de couteau qui aura été fatal à la jeune victime et la décomposition de son corps, il se passe 3 bonnes heures. De plus la découverte de tatouages sur le corps du jeune mexicain ainsi qu’une marque au fer rouge ou encore son téléphone portable qui reçoit encore des textos après la mort de ce dernier. L’enquête se révèle être enfin de compte une énigme.

En parallèle, une journaliste de 35 ans, Maline Abruzze, travaillant dans un journal local « le Seinomarin » mènera aussi son enquête. Une course contre la montre commence pour notre journaliste, une chasse au trésor, des courses poursuite, des meurtres en série… Le temps est compté pour éviter plus de victimes sans vouloir affoler toute une population alors que tous est au RDV pour l’Armada.

Quelle performance M. Bussi !!! J’ai adoré, entre une enquête policière, découvrir la ville de Rouen, la Seine et son port, le RDV de millions de spectateurs pour le plaisir des yeux. L’auteur m’a fait voyager, m’a fait découvrir de beaux paysages comme si j’y étais en tant que touriste, je connais pas Rouen, je ne connais pas la France mais quel joie j’y ai ressenti. J’avoue que la diversité des paysages que nous dresse ici l’auteur m’a fait accrocher à la lecture…

Vous l’aurez compris, un coup de cœur pour ce premier Bussi que je lis, une agréable surprise et un étonnant voyage…

Play de Franck Parisot.

play-franck-parisot-l-dzpxg7

« Un serial killer sévit à New York. Sur chaque scène de crime, une clé USB contenant un message adressé à la police est retrouvée. Les victimes ont un point commun entre elles : toutes aiment exposer leur vie sur Internet. Les inspecteurs Gabriel Bridge, Joachim Alves et Tsukiyo Morgans se mettent à la recherche du « Cyclope », nommé ainsi en raison de la caméra frontale qu’il utilise pour filmer l’effrayante agonie de ses victimes. Pour tuer, torturer, mettre en scène vos derniers instants avant de les poster sur le Net, sa caméra est sa meilleure arme. Il lui suffit d’appuyer sur play pour livrer le pire aux appétits voyeurs d’une civilisation qui ne vit que par procuration. Un premier thriller implacable et virtuose. »

Mon Avis : Ce livre je l’ai découvert grâce à un un groupe de lecture sur un réseau social, « Les mordus de Thriller ». Les adhérents en parlaient en long et en large et surtout en ont faisait tellement d’éloges de sa lecture  jusqu’à comparer la plume à celle Maxime Chattam ou encore Franck Thilliez.

L’auteur, ici français, s’exporte vers les USA plus précisément dans la ville de New York avec des enquêteurs américains. Je me suis attachée à cette équipe de détectives, de part leur personnalité, leur vie privée, leurs défauts comme qualités à chacun. L’auteur a su les mettre en scène de manière à ce que le lecteur ne puisse et ne veuille surtout pas en perdre une goutte de l’enquête. Je me suis mise même à oublier l’origine de l’auteur tellement le côté américain n’était que trop bien retranscrit. J’en ai été bluffée d’ailleurs.

L’enquête démarre lorsqu’un rôdeur s’en prend aux femmes en les violant et en leur arrachant le bout des seins, en plus de la disparition d’un homme âgé. Delà l’équipe d’enquêteurs composés de Lawson, Bridge, Morgans et Alves, se verront embarqués dans une enquête criminelle bien des plus originales mais tout aussi complexe que ce que leur offre leur routine habituelle.

Seulement lorsque l’homme âgé est retrouvé dans une patinoire, dont le corps a été horriblement mutilé et piétiné, c’est le début d’une longue enquête qui les poussera à bout de nerfs, le temps est compté pour minimiser le nombre de victimes. De plus, la macabre découverte est accompagnée d’une clé USB qui referme une vidéo bien des plus étrange, d’une atmosphère bien glauque, sombre… Delà suivra une série d’évènements inexpliqués, enlèvements, meurtres, des innocents mais pourquoi, par qui, l’auteur ? surnommé « Le Cyclope » tout au long de la lecture.

Le Cyclope est malin, malsain, pervers, calculateur, tortionnaire, et bien plus jusqu’à s’introduire dans le quotidien, l’intimité des enquêteurs même.

Le roman est emportant, captivant, si comme moi vous êtes fan du genre alors n’hésitez pas, osez des visions d’horreur, laissez votre imagination vous emporter dans l’interdit, le jamais vu, ressentez la torture, la peur, les derniers souffles que l’auteur offrent à ses innocents. Pleins de rebondissements, les scènes de torture nous tiennent en haleine malgré notre âme sensible, il faudrait être inhumain… mais on en veut, on en a soif et on en redemande, la lecture éveille en nous lecteur ce côté sombre, machiavélique…

L’auteur a maîtrisé le genre, il a réussi à me toucher, j’ai eu les larmes aux yeux… on ne peut sauver des innocents sans sacrifice…

 » DID I MENTION I MISS YOU  » DE ESTELLE MAKAME.

dimimy

« Quand Eden rentre à Santa Monica pour l’été, tout le monde la regarde de travers. Son père et Jamie lui en veulent terriblement d’avoir semé la zizanie dans la famille. Et lorsque Tyler débarque sans prévenir, plus rien ne va. Malgré leur rupture et le départ précipité de Tyler l’année passée, ont-ils vraiment tous les deux tourné la page comme ils le prétendent ? »

Mon Avis : Le duo Eden/Tyler touche à sa fin avec ce troisième et dernier tome. Je dois avouer que la fin m’aura fait verser quelques larmes tellement les tensions familiales me touchent beaucoup.

Nous retrouvons Eden un an après, toujours en colère et surtout blessée après Tyler de l’avoir abandonner après leurs retrouvailles à New York. Seule Ella sa belle-mère lui donne quelques nouvelles.

Eden revient à Santa Monica, elle ne veut plus entendre parler de Tyler, elle a rangé les converses qui lui avait offert sur lesquelles il avait mis une inscription au marqueur, elle a fait recouvrir son tatouage par une colombe. Sa relation avec son père s’est dégradée, et maintenant Jamie, son autre demi-frère, ne lui parle plus ou ne fait qu’être agressif envers elle depuis que la vérité sur Tyler et elle s’est faite jour, ils sont la risée de tout le monde, la jeune ado qui s’est entichée de son demi-frère c’est juste incestueux et ils en font les frais de leur entourage.

Mais Tyler revient, il veut une seconde chance, une chance de s’expliquer, lui montrer qu’il a changé, qu’il n’est plus le voyou d’autre fois, et lui montrer ce à quoi il a passé toute l’année entière à faire. Mais Eden surprise de sa venue, ne peut le pardonner, elle le rejette, elle a comme tirer un trait sur lui.

Les retrouvailles entre nos deux protagonistes ne sont pas des plus joyeuses, Eden a la haine et ne lui accorde aucune chance dès le départ. Elle a tellement souffert depuis son départ que malgré tout on la sent plus forte, plus mature. Tyler lui a grandit depuis le premier tome, quel changement entre le délinquant qu’il était et le jeune homme posé qu’il est devenu aujourd’hui c’est quelqu’un d’autre et on apprécie. Il est devenu très mature, on perçoit le long du récit qu’il n’a pas chômé durant cette année de silence. On sent qu’il a fait face à ses démons, bien que le chemin a été difficile, mais on apprécie le jeune homme qu’il est aujourd’hui, sa maturité, son engagement envers les autres, son envie d’en finir avec son passé et de s’en réconcilier.

Eden est plus dure que jamais, mais la flamme est toujours là malgré sa colère, sa haine. On retrouve cette complicité entre eux d’eux, ce lien naturel qui les unit. Il se complète et ont besoin de l’un comme de l’autre. Un final assez poignant pour ma part, surtout la relation destructrice entre un père et sa fille, le temps fera les choses mais de l’espoir il y a. Leur face à face m’a énormément touché, le pourquoi de cette mauvaise entente.

Un troisième tome tout aussi addictif que les deux précédents, l’auteure a su m’attacher à cette famille brisée, une famille qui pourrait être n’importe laquelle tellement leur histoire reflète la réalité. L’amour a toujours son dernier mot…

« Did I mention I need you » de Estelle Maskame.

d.i.m.i.l.y,-tome-2

« Cela fait un an qu’Eden n’a pas vu son demi-frère Tyler … son amour secret. Leur histoire était impossible, mais Eden ne peut s’empêcher de se réjouir quand Tyler l’invite pour les vacances à New York. De toute façon, Eden est heureuse avec Dean, son petit ami, et Tyler est sûrement passé à autre chose, lui aussi… Pourtant, dans la chaleur étouffante de l’été new-yorkais, il devient vite évident qu’ils s’aiment encore… Pourront-ils résister à la tentation ? »

Mon Avis : Le tome un n’était pas un coup de cœur mais je ne pouvais pas passer à autre chose que de suivre Eden et Tyler. A la fin du premier tome, Tyler décide de partir pour New York, prendre du recul est la chose dont il avait besoin et surtout couper avec son environnement et celle dont il est tombé amoureux, Eden qui n’est autre que sa demi-sœur par alliance.

Un an après, nous retrouvons cette dernière changée, en couple avec le meilleur ami de Tyler, Dean qui a toujours été très charmant avec la jeune fille. Elle se prépare à sa rentrée universitaire mais avant ça, Tyler lui propose de venir passer ses vacances à New York, c’est donc sans hésitation et toute en hâte qu’elle accepte sa proposition au grand désespoir de son petit ami qui ne profitera pas d’elle alors qu’ils savent qu’ils se verront encore moins quand elle sera à la fac.

Bien qu’Eden et Tyler se soient mis d’accord sur la nature de leur relation à la fin du tome un, Tyler étant le plus réticent, leur relation s’est vu évolué dans de bons termes, la relation frère sœur ayant primé, il semblerait que tous deux soient passés à autre chose.

Mais dès leurs retrouvailles, des souvenirs reviennent, Eden et Tyler ont changé physiquement et ne serait ce que ça, nos deux amants se sentent encore plus attirés, des doutes s’installent et de suite nous devinons comment va évoluer ce second tome.

En effet Eden et Tyler n’ont pas tourné la page aussi vite qu’ils le croyaient chacun. Dans ce second tome, nous découvrons la ville de New York, ses paysages, Tyler a changé physiquement comme psychologiquement, moins bad boy, plus réfléchi, Eden est encore plus sous le charme. A contrario de la Californie, moins de soirées alcoolisées, c’est beaucoup plus calme, on apprécie.

Nous poursuivons donc la romance de nos deux protagonistes, à savoir qu’Eden est en couple, qu’ils sont toujours aussi demi-frère et demi-sœur et que personne à part Tiffani, la grande rivale d’Eden, soit au courant. Mais voilà quelques personnages vont refaire leur apparition et plus rien ne va aller… La fin est juste terrible, ce sentiment d’injustice, de se faire planter comme ça par l’auteure et d’attendre la sortie du troisième tome c’est juste pas possible !!!! Bref un second tome tout aussi addictif, leur romance est belle malgré les obstacles rencontrés. On aime, on stress, on rêve, on se met en colère, pas mal d’émotions nous traversons et c’est que j’aime quand vous avez quelques journées merdiques dans le quotidien… L’amour ça adoucit notre âme…