Centre culturel Tjibaou

Voilà 2 week-end de ça, nous étions partis se balader au salon du Tourisme qui se passait au Centre Culturel Tjibaou, un très beau lieu où sont mis en valeur le patrimoine archéologique et linguistique kanak ; les formes contemporaines d’expression de la culture Kanak, en particulier dans les domaines artisanal, audiovisuel et artistique ; de promouvoir les échanges culturels, notamment dans la région Pacifique Sud.

Il était sûr que j’allais trouver de jolies plantes comme de beaux produits du pays, avec un temps magnifique qui nous a accompagné tout le WE.

Quelques photos prises sur le site, c’est un endroit où il est bon de s’y promener, se poser et même pique niquer… Pour les touristes c’est juste magnifique…

 

Publicités

Derbies…

Mon dernier achat sur Kiabi que j’ai reçu ce WE… Mes Derbies blanches dont je rêvais !

Je ne pensais pas un jour mettre ce style de chaussures mais à force de voir sur le net, j’avoue que ça donne de la class avec une tenue sympa pour aller au bureau, en plus que la saison fraîche s’installe doucement mais sûrement… Le hic c’est d’avoir oublier d’acheter des sockets invisibles…

En dessous quelques tenues prises sur Pinterest, j’adore ce look un peu masculin, class et mature… pas de chichi tout en restant bien habillée pour aller au bureau.

Et vous fan de derbies ou pas ?

J’aimerai en trouver des marrons… affaire à suivre…

« La Princesse des Glaces » de Camilla Lackberg.

La-princee-des-glaces

« Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée.
Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’œuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres -, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.
A la conquête de la vérité, stimulée par un amour naissant, Erica, enquêtrice au foyer façon Desperate Housewives, plonge clans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître et découvre ses secrets, d’autant plus sombres que sera bientôt trouvé le corps d’un peintre clochard – autre mise en scène de suicide. »

Mon Avis : Voilà une lecture qui m’a faite voyager jusqu’en Suède, plus précisément dans la petite ville de Fjallbacka qui semble avoir un joli port de pêche, où il est  agréable et magnifique d’y vivre…

L’auteure nous présente notre héroïne, Erica Falck, comme auteure de biographies, célibataire, bien dans la trentaine.

Suite à la perte subite de ses parents, elle revient s’installer à Fjallbacka en Suède, dans la maison de ses parents, petite ville de son enfance ,e temps de régler la succession de leur demeure.

Un jour Erica revient dans la maison de son amie d’enfance Alexandra Vijkner, sa meilleure amie, mais retrouve cette dernière sans vie plongée dans sa baignoire, les poignées tailladées. Une scène qui ressemble à première vue à un suicide. Mais impossible pour notre héroïne de croire qu’elle ait pu mettre fin à sa vie de telle sorte. A la demande de la famille, Erica accepte de rendre hommage à leur défunte fille et soeur et c’est auprès de ses proches et amis, qu’Erica comprendra que son amie d’enfance n’était pas si heureuse que ça.

J’ai bien aimé la lecture, pleine de rebondissements, une enquête qui progresse à bonne vitesse même si la vie perso de l’héroïne prend pas mal de place dans ce policier, disons que l’enquête et son avancée un peu plus poussée m’aurait plu. Mais une pointe de romance n’était pas de trop, ça change.

Plus nous avançons dans l’enquête plus nous faisons un bond dans le passé et revenons sur des secrets de famille bien enfouis, chaque membre semble avoir un mobile dans le meurtre de la jeune Alexandra mais le silence est maître car dans ce petit village, il faut sauver les apparences au risque de s’attirer les regards et du qu’en dira t’on.

Bref une lecture que j’ai apprécié, proche de la réalité avec ses secrets de famille, les cancans d’un petit village où tout se sait et sur tout le monde.

La série compte 10 tomes à aujourd’hui et il y a tellement de lecture à découvrir…

« PRÉDATION » DE JÉRÔME CAMUT & NATHALIE HUG.

41dyymiwqql-_sx210_

« Un cadavre dénudé est découvert dans une friche industrielle, la main droite déchiquetée. Un homme se tire une balle en pleine tête, dans un centre commercial bondé.
Un jeune père, dressé comme un chien, est tourmenté sans relâche au fond d’un cachot sans porte ni fenêtre.
Aucune piste, aucun lien, aucun mobile…
Qui sont ces hommes ? Pourquoi ont-ils été choisis ? Pour quelle mise à mort aberrante ?
Prédation entrouvre la porte d’un univers imprévisible et angoissant, étrangement en prise avec les faits divers les plus choquants de notre époque. »

Mon Avis : Voici un duo d’auteurs que j’apprécie beaucoup, me voilà à partir en Australie avec ce titre comme distraction. C’est plus de 500 pages dévorés tous les soirs et tous les matins, quel plaisir ! Et j’en redemande encore…

« Prédation » c’est 85 chapitres que j’ai englouti à un rythme qui se voulait dingue, oppressant… La pression monte crescendo et le final quel cliffhanger !

Un enquêteur, Rufus Baudenuit,  51 ans, qui se dit ours, je l’ai trouvé plein de charisme, c’est un personnage tourmenté qui sombre de plus en plus dans l’alcool. Rufus a bon flaire lorsqu’il trouve des points communs entre un suicide et un meurtre. Parallèlement Andréas, père d’une petite fille Clara tous deux enlevés par un certain Kurtz. Andréas est séquestré, se retrouve dans une pièce, ne sait où il est, quel jour nous sommes. Mais Andréas a plutôt intérêt d’obéir à la lettre Kurtz, car il pourrait bien perdre sa progéniture dont il ne sait pas non plus où elle se trouve et comment elle se porte… Voilà ce qui rend intéressant la narration, d’avoir l’enquête en cours et son évolution d’un côté et de l’autre, suivre Andréas dans sa séquestration et son devenir… Deux personnages évoluant chacun de leur côté mais qui au final, amène l’un vers l’autre et vice versa.

Kurtz, un personnage machiavélique mais très intéressant, nous découvrons ses origines dans quelques flash-back, une enfance pas tendre, la vie ne l’aura pas gâtée… Plus Rufus progresse dans l’enquête plus il découvre un adversaire redoutable. Le personnage de Kurtz est très bien imaginé, il pense à tout, il calcule tout, avant après… même quand vous pensez qu’il y a une faille.

Une lecture que j’ai trouvé intense, qui monte en puissance au fil des pages. Pas de temps de pause, des rebondissements à fin de chapitre, les auteurs vont même jusqu’à torturer Rufus, on n’épargne personne, pas même les gentils, pas même le lecteur… et la fin… comme on dit « le calme avant la tempête… »

Va falloir entamer la suite sans trop attendre…

Un thriller comme on les aime, pour des sensations comme on aime…

Ma Jar salad du jour…

JAR

Ma petite jar salad toute simple du jour, du millet, jambon blanc et salade verte avec une vinaigrette moutarde… J’adore c’est frais, c’est froid, et puis diét… après on peut composer avec ce qu’on aime et selon ce qu’on a sous la main…

Ma nouvelle Tisanière.

Voilà celle qui accompagnera mes lectures désormais, j’ai une cliente qui fait venir tout ce qui est thé, mug, théière et en travaillant sur un dossier, j’ai été sur le site d’un de ses fournisseurs et sur quoi je suis tombée ? sur cette petite merveille. Ma cliente me l’a gentiment commandé…

« Elise » de Lucas Tahtieazym

« Quatre murs ont été érigés autour d’elle par son geôlier. Tout ce que connaît Élise, elle le tire de ses nombreuses lectures. Et l’épilogue est proche. Voici l’histoire de celle qui voyageait avec les mots.  »

Mon Avis : Il me sera impossible de parler de ce livre sans le spoiler, le minimum vous est dévoilé dans son résumé au-dessus et devrait nourrir votre curiosité et vous motiver pour découvrir ce titre…

Je ne connaissais pas cet auteur mais étant membre du groupe « Mordus de thrillers » sur Facebook, les lecteurs et lectrices faisaient beaucoup d’éloges sur ce livre, son contenu, son auteur, sa plume mais surtout leurs émotions, leur ressenti en finissant leur lecture… Évidement j’ai été curieuse, emballée, envieuse de vivre  les mêmes choses…

Je découvre cet auteur avec ce titre qui est le premier pour moi.

« Elise » est en fait son septième et dernier titre sorti depuis Août dernier. Pourquoi avoir commencer par celui-ci, peut-être par son résumé qui en dévoile peu mais vous plonge dans un petit espace qu’on imagine malsain pour une enfant de son âge, peut-être pour cette petite fille qu’on devine son goût pour la lecture et en fera son univers… et son geôlier… qui est ce ? et pourquoi ?

Thriller psychologique qui m’a tenu en haleine, captivant, touchant, poignant…J’ai été sensible et touchée par Elise, une enfant si attachante, innocente, qui construit son monde grâce à ces richesses littéraires. Une ovation à l’auteur qui dresse toute une liste de livres, vieux, classiques, indémodables, mais aussi des titres récents, limite on les relierait bien. Si je dois citer quelques uns, Blanche Neige et les 7 petits nains, Le Petit Prince, Croc Blanc, Peter Pan, Le Rouge et le Noir, Le Comte de Monte Cristo, Lolita, Les Pilliers de la Terre, la Tour Sombre… etc et j’en passe ô que j’en passe !!!!

On ne peut rester de marbre face à cette enfant qui au fil de ses lectures, ses connaissances comprend qu’elle est séquestrée, devine son sort et les envies de son bourreau… Mais Elise… Elise nous étonne pas sa façon de penser, elle est forte, intelligente malgré une apparence frêle qu’on imagine…

Un sujet grave, choquant, épineux mais l’auteur réussit merveilleusement bien à ne pas nous dégoûter. Les scènes restent dures mais l’auteur n’en dévoile pas plus dans ses descriptions, laissant notre imagination libre du degré d’horreur…

Elise… Une enfant qu’on n’est pas prêt d’oublier… On pourrait tellement en dire…