La maison des absents de Tana French.

la-maison-des-absents

« Broken Harbour, un lotissement fantôme près de Dublin, des maisons désertées. Ici vivaient les Spain, sauvagement assassinés, ce matin-là. Seule la mère a survécu au massacre. Coupable ? Désespérée, a-t-elle tué son mari et ses enfants ? Mais pourquoi ces caméras cachées dans la maison ? Que craignaient les Spain ?

L’inspecteur Kennedy ne comprend rien, cette enquête, qui le confronte à son passé, le rend fou. La vérité, suffocante, le marquera à jamais. »

Mon avis : J’ai acheté ce livre lors de mon dernier achat à France Loisirs en même temps que l’excellent titre « W3, le sourire des pendus » de Hug et Camut. J’avais besoin de suspense, de frisson, une autre lecture pour laquelle mon sommeil se trouverait dérangé. Le résumé m’a tenté direct, il en révèle peu voir presque rien et ça m’a suffit pour le choisir.

Nous suivons ici un duo d’inspecteurs, Mike Kennedy, inspecteur principal et expérimenté secondé du jeune bleu Richie Curran, tout fraîchement arrivé à la brigade criminelle de Dublin. Notre duo se voit confier une enquête qui risque de bousculer les tabloïds.

Dublin, en pleine banlieue, la maison familiale des Spain, une fin tragique. En effet, à l’étage, les enfants sont morts dans leur lit étouffés d’après les premiers constats, les parents gisent eux dans la cuisine dans une marre de sang. Seule Jenny, la mère et épouse, respire encore mais est grièvement blessée. Ses blessures étant grave, on ne sait si elle surmontera les conséquences des nombreux coups de couteaux reçus. Au fil de l’enquête, on découvre une famille bien sous tout rapport, la joie de vivre, un couple aimant, un foyer chaleureux mais au fil des ans des doutes s’installent, une crise économique,des rêves pleins la tête qui s’évaporent, un rythme de vie qui bascule du jour au lendemain. Des rêves ils en avaient… mais la crise économique a entraîné le chômage, les promoteurs ont fait faillite, leur belle maison, leur beau quartier, des rêves qui auraient pu être accessibles… mais la réalité en a été autrement. Et cet nuit, ce drame, ce massacre sanglant, pourquoi, qui, sans aucune trace d’effraction, qui est l’auteur de cet fin tragique qui a touche cette jolie famille. Et pourquoi ces trous dans les murs et tout un dispositif de surveillance retrouvé ?

Après cette partie du livre, nous voilà plongé dans un fait divers très tragique, on imagine tellement de scénarios, au fil de la lecture, l’enquête s’annonce plutôt corsée. De suite nous savons comme les enquêteurs que cette tragédie n’a rien d’une routine. J’ai beaucoup aimé la lecture, beaucoup de questions je me suis posée, beaucoup de mystères planent au dessus de ce foyer qui avait l’air si tranquille mais au fil des pages, nous découvrons des gens comme vous et moi et dont la dure réalité de la crise économique leur a été fatale. J’avoue avoir été un poil déçu sur le motif du massacre, je pense que je m’attendais à quelque chose de fantastique ou surnaturelle mais non au contraire, l’auteure nous dresse une réalité qui touche beaucoup de famille ou pourrait toucher d’autres. L’atmosphère du livre m’a tenu en haleine, à un moment de l’enquête j’ai par contre ressenti une certaine lenteur. L’auteure nous dresse le portrait psychologique de chaque personnage, celle des enquêteurs tout d’abord. Le portrait de l’inspecteur Kennedy m’a particulièrement plu, pas de héro mais un personnage au passé tragique, la perte de sa mère. L’auteure nous dresse ici un polar très réaliste avec des personnages très crédible. Il est vrai que la vérité se veut horrible et atroce pour une histoire dans l’ensemble plutôt banale.