« Jamais plus » de Colleen Hoover.

jamais-plus-893786-264-432

« Lily Blossom Bloom n’a pas eu une enfance très facile, entre un père violent et une mère qu’elle trouve soumise, mais elle a su s’en sortir dans la vie et est à l’aube de réaliser le rêve de sa vie : ouvrir, à Boston, une boutique de fleurs. Elle vient de rencontrer un neuro-chirurgien, Lyle, charmant, ambitieux, visiblement aussi attiré par elle qu’elle l’est par lui. Le chemin de Lily semble tout tracé. Elle hésite pourtant encore un peu : il n’est pas facile pour elle de se lancer dans une histoire sentimentale, avec des parents comme les siens et Atlas, ce jeune homme qu’elle avait rencontré adolescente, lui a laissé des souvenirs à la fois merveilleux et douloureux. Est-ce que le chemin de Lily est finalement aussi simple ? Les choix les plus évidents sont-ils les meilleurs ? »

Mon Avis : La vérité toute nue ? Si vous ne deviez lire qu’un titre de cette auteure, je vous conseillerai celui-ci ! Je referme ce bouquin le cœur lourd, les larmes aux yeux, c’est un magnifique coup de cœur, l’auteure m’a souvent dépanné quand je n’avais pas la tête à lire mais il suffit que je la lise pour me relancer la passion littéraire…

Que dire sans spoiler, je ne pourrais vous raconter plus le livre. Limite je dirais à une lectrice « tu connais Colleen Hoover, non ? Eh bien je te conseille Jamais plus, ne lis même pas le synopsis, ne vas pas voir les avis des lectrices, lances toi dans sa lecture, découvres de par toi-même la puissance de ses mots… »

J’ai été séduite, touchée, par les personnages que nous présente l’auteure. Une romance avec un fond dramatique, un problème de société que rencontrent beaucoup de femmes dans ce monde et qui est souvent tût. Impossible de penser aux femmes qui vivent ce quotidien chaque jour, le silence, la peur, la crainte, quand l’amour doit régner dans un foyer. L’auteure m’a bouleversé à travers un récit tellement proche de la réalité, non ‘est bien la réalité même. Elle a réussi à m’emmener là où elle a emmené déjà tant de lectrices. Je sus arrivée à un moment où j’étais cette jeune femme, Lilly, cette impression de vivre ce qu’elle vivait, ressentait, sa tristesse, sa souffrance, ses sentiments, ses émotions, et comme l’écrit si bien l’auteure dans son livre, quand y a de l’amour ça fait plus mal.

Je vous livre ici mes émotions suite à la fin de ma lecture, vous comprendrez que je ne peux en dire plus car je suis sans voix, mon avis est désordonné tellement j’ai été chamboulée… Lisez tout simplement, une lecture qui vous fait autant de bien comme autant de mal…

Publicités

« Room Hate » de Penelope Ward.

room-hate

« Justin et Amélia sont amis depuis l’enfance. Ils ont même été amoureux à l’adolescence. Ils ont passé toutes leurs vacances dans la maison de la grand-mère d’Amélia, leurs parents respectifs étant souvent absents.

Quelques années plus tard, ils héritent de la maison. Amélia, qui est institutrice, décide immédiatement d’aller passer ses vacances dans ce lieu qu’elle aime tant Elle est loin d’imaginer que Justin a eu la même idée. Il débarque un matin avec sa guitare et sa petite amie Jade. C’est là que les choses vont se compliquer et que les incompréhensions du passé vont ressurgir. La cohabitation va s’avérer plus que difficile. »

Mon Avis : Après avoir apprécier l’intrigue de Mourir sur Seine de Monsieur Bussi, il me fallait couper avec le genre littéraire, revenir à une belle romance comme je les aime. De nos jours les romances ça pousse comme les champignons savoir dénicher l’histoire qu’il me faut sur le moment ne m’est pas évident. Et me voilà à surfer sur le blog de lectrices, je regarde les tendances du moment, je m’arrête sur un de ses coups de cœur du moment, le titre ne me dit rien ni son auteur, je découvre le résumé, hmmm ça me plaît et l’avis de la lectrice me plaît mais je ne le lis pas jusqu’au bout pour éviter tout spoiler. Et c’est décidé ça sera ce titre, « Room Hate » de Penelope Ward.

Le résumé nous dévoile direct la trame de l’histoire, Justin et Amélia c’est tout d’abord une forte amitié mais le temps les aura séparé pour diverses raisons. Quelle belle amitié, je pense pour la plupart d’entre nous, pour celles qui nous ne l’ont pas vécu, une amitié avec un garçon j’y ai toujours cru.

Justin et Amélia se retrouvent après de très longues années, Justin n’a jamais pu pardonné Amélia d’être partie, de l’avoir quitté. Les retrouvailles sont électriques, et la cohabitation se révèle être impossible entre eux d’eux, respirer le même air c’est limite pour le jeune homme, d’autant plus que la copine de Justin est juste adorable avec Amélia, naîtra une étonnante entente entre elles.

Justin quant à lui, est ingrat, insupportable, irrespectueux. Il est froid envers elle, il la rabaisse, la traite comme une vieille chaussette. Il fait la sourde oreille quand Amélia commence à lui expliquer les raisons de son départ, ses motivations.

Là où leur cadeau commun devait les réunir, les faire retrouver, on retrouve deux amis qui sont limite des étrangers, l’un toujours en souffrance et l’autre dans l’espoir que leur amitié ait perduré malgré tout.

Dans la vie comme dans les livres, on a tous droit une seconde chance quoique la vie nous ait fait subir, la roue tourne, et l’amour s’en mêle… Une histoire magnifique que pourrait vivre n’importe qui ou qui l’a déjà vécu.

La seconde partie du roman tourne de façon inattendu, le sort s’acharne toujours, Amélia doit encore faire face à une épreuve. Une épreuve qui s’avère être un mal pour un bien. On s’attache à ce duo amoureux. A travers le récit d’Amélia, on ne peut que s’attacher à Justin sans que l’auteur nous le décrive directement, mais plus à travers les yeux d’Amélia, son amitié pour lui, ses sentiments, ses émotions. On ressent la souffrance qu’a causé le départ d’Amélia, à travers la méchanceté du jeune homme envers son amie d’enfance. Une souffrance qui n’a fait que grandir durant jusqu’à leur retrouvaille. Mais Justin est avant tout un homme très aimant et touchant.

J’ai été là « spectatrice » d’une très belle romance entre un homme et une femme qui se sont toujours aimés mais que la vie a séparé… pour mieux se retrouver et surtout pour se reconstruire… La plume de l’auteure est agréable, les émotions retranscrites sont d’une profondeur tout en étant touchant que le récit est plus que crédible. Un coup de cœur pour ce premier titre que je découvre de cette auteure.

 » DID I MENTION I MISS YOU  » DE ESTELLE MAKAME.

dimimy

« Quand Eden rentre à Santa Monica pour l’été, tout le monde la regarde de travers. Son père et Jamie lui en veulent terriblement d’avoir semé la zizanie dans la famille. Et lorsque Tyler débarque sans prévenir, plus rien ne va. Malgré leur rupture et le départ précipité de Tyler l’année passée, ont-ils vraiment tous les deux tourné la page comme ils le prétendent ? »

Mon Avis : Le duo Eden/Tyler touche à sa fin avec ce troisième et dernier tome. Je dois avouer que la fin m’aura fait verser quelques larmes tellement les tensions familiales me touchent beaucoup.

Nous retrouvons Eden un an après, toujours en colère et surtout blessée après Tyler de l’avoir abandonner après leurs retrouvailles à New York. Seule Ella sa belle-mère lui donne quelques nouvelles.

Eden revient à Santa Monica, elle ne veut plus entendre parler de Tyler, elle a rangé les converses qui lui avait offert sur lesquelles il avait mis une inscription au marqueur, elle a fait recouvrir son tatouage par une colombe. Sa relation avec son père s’est dégradée, et maintenant Jamie, son autre demi-frère, ne lui parle plus ou ne fait qu’être agressif envers elle depuis que la vérité sur Tyler et elle s’est faite jour, ils sont la risée de tout le monde, la jeune ado qui s’est entichée de son demi-frère c’est juste incestueux et ils en font les frais de leur entourage.

Mais Tyler revient, il veut une seconde chance, une chance de s’expliquer, lui montrer qu’il a changé, qu’il n’est plus le voyou d’autre fois, et lui montrer ce à quoi il a passé toute l’année entière à faire. Mais Eden surprise de sa venue, ne peut le pardonner, elle le rejette, elle a comme tirer un trait sur lui.

Les retrouvailles entre nos deux protagonistes ne sont pas des plus joyeuses, Eden a la haine et ne lui accorde aucune chance dès le départ. Elle a tellement souffert depuis son départ que malgré tout on la sent plus forte, plus mature. Tyler lui a grandit depuis le premier tome, quel changement entre le délinquant qu’il était et le jeune homme posé qu’il est devenu aujourd’hui c’est quelqu’un d’autre et on apprécie. Il est devenu très mature, on perçoit le long du récit qu’il n’a pas chômé durant cette année de silence. On sent qu’il a fait face à ses démons, bien que le chemin a été difficile, mais on apprécie le jeune homme qu’il est aujourd’hui, sa maturité, son engagement envers les autres, son envie d’en finir avec son passé et de s’en réconcilier.

Eden est plus dure que jamais, mais la flamme est toujours là malgré sa colère, sa haine. On retrouve cette complicité entre eux d’eux, ce lien naturel qui les unit. Il se complète et ont besoin de l’un comme de l’autre. Un final assez poignant pour ma part, surtout la relation destructrice entre un père et sa fille, le temps fera les choses mais de l’espoir il y a. Leur face à face m’a énormément touché, le pourquoi de cette mauvaise entente.

Un troisième tome tout aussi addictif que les deux précédents, l’auteure a su m’attacher à cette famille brisée, une famille qui pourrait être n’importe laquelle tellement leur histoire reflète la réalité. L’amour a toujours son dernier mot…

« Did I mention I need you » de Estelle Maskame.

d.i.m.i.l.y,-tome-2

« Cela fait un an qu’Eden n’a pas vu son demi-frère Tyler … son amour secret. Leur histoire était impossible, mais Eden ne peut s’empêcher de se réjouir quand Tyler l’invite pour les vacances à New York. De toute façon, Eden est heureuse avec Dean, son petit ami, et Tyler est sûrement passé à autre chose, lui aussi… Pourtant, dans la chaleur étouffante de l’été new-yorkais, il devient vite évident qu’ils s’aiment encore… Pourront-ils résister à la tentation ? »

Mon Avis : Le tome un n’était pas un coup de cœur mais je ne pouvais pas passer à autre chose que de suivre Eden et Tyler. A la fin du premier tome, Tyler décide de partir pour New York, prendre du recul est la chose dont il avait besoin et surtout couper avec son environnement et celle dont il est tombé amoureux, Eden qui n’est autre que sa demi-sœur par alliance.

Un an après, nous retrouvons cette dernière changée, en couple avec le meilleur ami de Tyler, Dean qui a toujours été très charmant avec la jeune fille. Elle se prépare à sa rentrée universitaire mais avant ça, Tyler lui propose de venir passer ses vacances à New York, c’est donc sans hésitation et toute en hâte qu’elle accepte sa proposition au grand désespoir de son petit ami qui ne profitera pas d’elle alors qu’ils savent qu’ils se verront encore moins quand elle sera à la fac.

Bien qu’Eden et Tyler se soient mis d’accord sur la nature de leur relation à la fin du tome un, Tyler étant le plus réticent, leur relation s’est vu évolué dans de bons termes, la relation frère sœur ayant primé, il semblerait que tous deux soient passés à autre chose.

Mais dès leurs retrouvailles, des souvenirs reviennent, Eden et Tyler ont changé physiquement et ne serait ce que ça, nos deux amants se sentent encore plus attirés, des doutes s’installent et de suite nous devinons comment va évoluer ce second tome.

En effet Eden et Tyler n’ont pas tourné la page aussi vite qu’ils le croyaient chacun. Dans ce second tome, nous découvrons la ville de New York, ses paysages, Tyler a changé physiquement comme psychologiquement, moins bad boy, plus réfléchi, Eden est encore plus sous le charme. A contrario de la Californie, moins de soirées alcoolisées, c’est beaucoup plus calme, on apprécie.

Nous poursuivons donc la romance de nos deux protagonistes, à savoir qu’Eden est en couple, qu’ils sont toujours aussi demi-frère et demi-sœur et que personne à part Tiffani, la grande rivale d’Eden, soit au courant. Mais voilà quelques personnages vont refaire leur apparition et plus rien ne va aller… La fin est juste terrible, ce sentiment d’injustice, de se faire planter comme ça par l’auteure et d’attendre la sortie du troisième tome c’est juste pas possible !!!! Bref un second tome tout aussi addictif, leur romance est belle malgré les obstacles rencontrés. On aime, on stress, on rêve, on se met en colère, pas mal d’émotions nous traversons et c’est que j’aime quand vous avez quelques journées merdiques dans le quotidien… L’amour ça adoucit notre âme…

« Did I mention I love you » d’Estelle Maskame.

mention

« Eden, 16 ans, va passer l été dans la nouvelle famille de son père, à Santa Monica, en Californie. Il vient de refaire sa vie, ce qui signifie qu Eden a trois nouveaux demi-frères. Le plus âgé, Tyler, est un vrai bad-boy : séducteur, égocentrique, violent … Mais Eden décèle en lui une grande fragilité, conséquence d’un lourd passé. Fascinée, elle ne peut s empêcher de succomber au charme de la seule personne qui lui est pourtant défendue : son demi-frère. »

Mon Avis : Voilà un premier tome que j’ai dévoré en un jour, impossible de quitter Eden et Tyler bien qu’il a fallu que je fasse des pauses pour m’occuper de mon foyer. Ah je me dis que j’aurais aimé revivre mes 16 ans malgré les problèmes qu’on rencontre à cet âge, amitié, premiers amours, alcool, drogue, weed, parents séparés, famille recomposée, l’été, le bikini et j’en passe.

Nous faisons la connaissance d’Eden, jeune ado de 16 ans qui débarque à Santa Monica en Californie pour y passer ses vacances mais surtout renouer avec son père avec qui elle n’a pas parlé depuis 3 ans, depuis leur séparation avec sa mère. Entre temps son père a refait sa vie avec Ella, femme avocate, qui a elle-même trois garçons. Tout d’abord réticente et toujours pleines de rancœurs envers son père qui les a abandonné sa mère et elle, Eden pense passer un été horrible, sachant que sa belle-mère a déjà trois enfants. Mais Eden est séduite à l’idée de passer un mois et demi sous le soleil de la Californie, ses plages, ses paysages et plus encore.

Les retrouvailles avec son père ne sont pas convaincants même si chacun de leur côté y met du sien, elle pensait rencontrer ses futurs demi-frères d’un âge très jeune mais ils sont tout aussi ado qu’elle. Le plus grand Tyler a un an de plus qu’elle, 17 ans. Elle comprend dès leur rencontre que c’est le mouton noir de la famille, le bad boy dans toute sa splendeur, fugue, drogue, weed, agressivité et violence verbale, bref le mec dont on n’a pas envie de coller. Mais Eden n’a pas dit son dernier mot et du haut de ses 16 ans, saura composer avec, s’imposer mais surtout apprendre à le connaître et déceler de grandes souffrances chez le jeune homme.

Ah j’ai été transporté par le duo Eden/Tyler, la couverture m’a attiré pas les visages, mais le paysage, la Californie, sa chaleur, sa plage, sa jeunesse. J’ai eu juste un petit doute, je ne voulais pas retrouver un semblant de « After »et heureusement, je me suis attachée à tout ce petit monde même si ces nouvelles amies m’ont un peu saoulé, pas mon style du tout, mais cette atmosphère fraîche, estivale, les grosses teuf alcoolisées, les groupes d’amies populaires. Eden est une jeune fille qui a quand même la tête sur les épaules et n’est en aucun cas influencé par les mauvais côtés de la jeunesse même si à un moment donné et elle est entraîné par son demi-frère, elle reste lucide mais traverse aussi les frasques de leur jeune âge, qui n’a pas un jour pris sa cuite, ou s’être fait ridiculisé dvant sa bande de potes.

L’écriture de l’auteure est très fluide, j’adore, elle a réussi à rendre tout ce beau petit monde addictif, impossible comme je disais au début de faire une pause. La romance entre nos deux protagonistes est devinée dès le début, la rencontre le bad boy et la gentille fille, leurs blessures qui vont les rapprocher, ils vont se chercher et se trouver. Bref inévitable.

Un premier tome réussi que je conseille, qui fait ressortir votre côté fleur bleue…

The air he breathes de Brittainy C. Cherry.

elements-tome-1-the-air-he-breathes-783291-250-400

« Tristan et Elizabeth sont voisins, ils n’ont rien en commun à part leur passé douloureux. Elle a choisi de continuer à vivre ne serait-ce que pour sa petite fille Emma. Il a choisi de s’extraire du monde. Mais Elizabeth ne l’entend pas de cette façon. Elle sait qu’ils sont tous les deux en miettes et qu’ensemble ils seront plus forts pour affronter leurs fantômes.

C’est sans compter avec toutes les embûches que les habitants de leur petite ville vont mettre sur leur route.

Ensemble, ils sauront vaincre les idées reçues. »

Mon Avis : A première vue, j’ai craqué sur la très belle couverture et cette petite phrase qui retient direct votre attention et qui annonçait bien des drames.

Nous suivons ici la vie de Tristan et Elizabeth, deux êtres dont la vie s’est arrêtée brusquement lors de la perte d’êtres chers. Elizabeth a perdu son mari Steven lors d’un accident de voiture, ce dernier aurait perdu le contrôle de son véhicule. Elizabeth malheureuse, malgré des moments difficiles, survit grâce à leur fille Emma, elle s’accroche à la vie et surtout pour sa fille seule rattachement qui lui reste de son défunt mari. Tristan quand à lui a perdu son fils et sa femme, c’est un homme brisé qu’on rencontre dès les premiers chapitres, devenu sauvage, il s’est coupé du monde, de toute civilisation, se néglige physiquement, c’est un homme que tout le monde craint.

Ces deux personnages que tout oppose, partagent les mêmes souffrances, les mêmes tourments, Elizabeth décide malgré tout de reprendre sa vie comme elle peut, entre le vide d’un mari qui n’est plus et une mère qui collectionne les hommes riches, Emma devient sa seule raison de vivre.

L’auteur nous décrit à merveille ces deux personnages, j’ai été séduite, Tristan est un homme qui m’a marqué l’esprit, son personnage est dur, comme Elizabeth, j’aurais été sensible à son mal être, à son côté bad boy torturé. Comment ne pas vouloir lui tendre la main à cet homme qui a tout perdu et malgré l’armure qu’il s’est vite bâti, c’est un homme qui ne demande qu’à retrouver le goût à la vie. En rencontrant Elizabeth, chacun va penser les blessures de l’autre, apporté à l’autre ce qui lui a été enlevé trop tôt, l’amour, le touché, les émotions, en résumé la vie.

Un personnage que j’ai apprécié aussi, c’est la meilleure amie d’Elizabeth, des amies comme ça on en a au moins une dans notre cercle, pleine de vie, très marrante et assez cru, ce qui a donné une touche d’humour à cette lecture très dramatique.

Le titre est très accrocheur et prend tout son sens tout au fil de la lecture, ce ne fut pas un coup de cœur mais un moment agréable de passé, certains passages sont très beaux et tristes, ils sonnent comme des citations sur la vie. L’auteur a su me toucher à ce niveau.

En résumé, un moment agréable, des drames qui vont réunir deux êtres sur le même chemin, dans le même combat, une vérité qui se fait jour, j’ai eu la rage quand même mais bon une romance qui se finit bien comme tant d’autre.

Je suis là de Clélie Avit.

avit

« Elsa n’a plus froid, plus faim, plus peur depuis qu’un accident de montagne l’a plongée dans le coma.
Thibault a perdu toute confiance le jour où son frère a renversé deux jeunes filles en voiture.
Un jour, Thibault pénètre par erreur dans la chambre d’Elsa et s’installe pour une sieste. Elle ne risque pas de le dénoncer, dans son état. Mais le silence est pesant, même face à quelqu’un dans le coma. Alors, le voilà qui se met à parler, sans attendre de réponse.
Ce qu’il ignore, c’est que pour Elsa, tout est fini, jamais elle ne se réveillera. Mais tandis que médecins, amis et famille baissent les bras, Thibault, lui, construit une relation avec Elsa. Est-il à ce point désespéré lui-même ? Ou a-t-il décelé chez elle ce que plus personne ne voit ? »

Mon Avis : roman annoncé comme un phénomène, lauréat du Prix Nouveau Talent Fondation Bouygues Telecom-metronews 2015, les droits ont d’ores et déjà été vendus par Lattès dans 17 pays. Forcément ça m’intéresse surtout s’il promet de l’émotion…

Suite à un accident en Montagne, voilà 5 mois qu’Elsa est plongé dans le coma. Comme prisonnière de son corps, elle ne peut plus bouger, seul l’ouïe lui permet de rester en contact avec le monde, son monde. Un jour Thibault entre par pur hasard dans sa chambre, venu accompagné sa mère pour rendre visite à son frère, il décide de faire une sieste et le voilà donc à s’installer dans la chambre d’Elsa. Thibault ne désire pas saluer son frère, auteur d’un accident qui a causé la mort tragique de deux adolescentes, il ne peut se rendre au chevet de son frère par colère et déception et c’est auprès d’Elsa qu’i l passera son temps en attendant sa mère.

J’ai adoré cette lecture, ce n’est pas un coup de cœur mais on y lit de très jolies choses, on s’attache à cette drôle de relation naissante, le dialogue tantôt Elsa tantôt Thibault est parfaitement maîtrisé, j’ai adoré, l’amour donne espoir, on s’y accroche dans le malheur de la jeune femme là où les médecins déclarent un non retour, où les parents sont contraints de décider du sort de leur fille, la question « faut-il la débrancher ? ». J’avoue avoir eu cette petite pensée, là où il n’y avait plus d’espoir, un total étranger arrive à son chevet, tombe amoureux d’une totale inconnue qui ne vit que grâce aux machines, et là le miracle tant attendu se produit. Le livre ne pouvait que se finir ainsi, je suis passée par dessus pour y faire place à une très jolie histoire, bien écrite, avec deux personnages attachants. J’avoue être rester sur ma fin j’aurais voulu y lire un après « le réveil », à savoir dans quel état physique et psychologique Elsa revient parmi les siens et de sa relation avec Thibault… peut-être dans un second tome, la continuité de celui-ci ce serait sympa.

Une lecture sympa si vous cherchez de jolies choses, de l’amour, du miracle sans réfléchir, abandonnez vous dans les bras d’Elsa et Thibault…