Play de Franck Parisot.

play-franck-parisot-l-dzpxg7

« Un serial killer sévit à New York. Sur chaque scène de crime, une clé USB contenant un message adressé à la police est retrouvée. Les victimes ont un point commun entre elles : toutes aiment exposer leur vie sur Internet. Les inspecteurs Gabriel Bridge, Joachim Alves et Tsukiyo Morgans se mettent à la recherche du « Cyclope », nommé ainsi en raison de la caméra frontale qu’il utilise pour filmer l’effrayante agonie de ses victimes. Pour tuer, torturer, mettre en scène vos derniers instants avant de les poster sur le Net, sa caméra est sa meilleure arme. Il lui suffit d’appuyer sur play pour livrer le pire aux appétits voyeurs d’une civilisation qui ne vit que par procuration. Un premier thriller implacable et virtuose. »

Mon Avis : Ce livre je l’ai découvert grâce à un un groupe de lecture sur un réseau social, « Les mordus de Thriller ». Les adhérents en parlaient en long et en large et surtout en ont faisait tellement d’éloges de sa lecture  jusqu’à comparer la plume à celle Maxime Chattam ou encore Franck Thilliez.

L’auteur, ici français, s’exporte vers les USA plus précisément dans la ville de New York avec des enquêteurs américains. Je me suis attachée à cette équipe de détectives, de part leur personnalité, leur vie privée, leurs défauts comme qualités à chacun. L’auteur a su les mettre en scène de manière à ce que le lecteur ne puisse et ne veuille surtout pas en perdre une goutte de l’enquête. Je me suis mise même à oublier l’origine de l’auteur tellement le côté américain n’était que trop bien retranscrit. J’en ai été bluffée d’ailleurs.

L’enquête démarre lorsqu’un rôdeur s’en prend aux femmes en les violant et en leur arrachant le bout des seins, en plus de la disparition d’un homme âgé. Delà l’équipe d’enquêteurs composés de Lawson, Bridge, Morgans et Alves, se verront embarqués dans une enquête criminelle bien des plus originales mais tout aussi complexe que ce que leur offre leur routine habituelle.

Seulement lorsque l’homme âgé est retrouvé dans une patinoire, dont le corps a été horriblement mutilé et piétiné, c’est le début d’une longue enquête qui les poussera à bout de nerfs, le temps est compté pour minimiser le nombre de victimes. De plus, la macabre découverte est accompagnée d’une clé USB qui referme une vidéo bien des plus étrange, d’une atmosphère bien glauque, sombre… Delà suivra une série d’évènements inexpliqués, enlèvements, meurtres, des innocents mais pourquoi, par qui, l’auteur ? surnommé « Le Cyclope » tout au long de la lecture.

Le Cyclope est malin, malsain, pervers, calculateur, tortionnaire, et bien plus jusqu’à s’introduire dans le quotidien, l’intimité des enquêteurs même.

Le roman est emportant, captivant, si comme moi vous êtes fan du genre alors n’hésitez pas, osez des visions d’horreur, laissez votre imagination vous emporter dans l’interdit, le jamais vu, ressentez la torture, la peur, les derniers souffles que l’auteur offrent à ses innocents. Pleins de rebondissements, les scènes de torture nous tiennent en haleine malgré notre âme sensible, il faudrait être inhumain… mais on en veut, on en a soif et on en redemande, la lecture éveille en nous lecteur ce côté sombre, machiavélique…

L’auteur a maîtrisé le genre, il a réussi à me toucher, j’ai eu les larmes aux yeux… on ne peut sauver des innocents sans sacrifice…

Publicités