« PRÉDATION » DE JÉRÔME CAMUT & NATHALIE HUG.

41dyymiwqql-_sx210_

« Un cadavre dénudé est découvert dans une friche industrielle, la main droite déchiquetée. Un homme se tire une balle en pleine tête, dans un centre commercial bondé.
Un jeune père, dressé comme un chien, est tourmenté sans relâche au fond d’un cachot sans porte ni fenêtre.
Aucune piste, aucun lien, aucun mobile…
Qui sont ces hommes ? Pourquoi ont-ils été choisis ? Pour quelle mise à mort aberrante ?
Prédation entrouvre la porte d’un univers imprévisible et angoissant, étrangement en prise avec les faits divers les plus choquants de notre époque. »

Mon Avis : Voici un duo d’auteurs que j’apprécie beaucoup, me voilà à partir en Australie avec ce titre comme distraction. C’est plus de 500 pages dévorés tous les soirs et tous les matins, quel plaisir ! Et j’en redemande encore…

« Prédation » c’est 85 chapitres que j’ai englouti à un rythme qui se voulait dingue, oppressant… La pression monte crescendo et le final quel cliffhanger !

Un enquêteur, Rufus Baudenuit,  51 ans, qui se dit ours, je l’ai trouvé plein de charisme, c’est un personnage tourmenté qui sombre de plus en plus dans l’alcool. Rufus a bon flaire lorsqu’il trouve des points communs entre un suicide et un meurtre. Parallèlement Andréas, père d’une petite fille Clara tous deux enlevés par un certain Kurtz. Andréas est séquestré, se retrouve dans une pièce, ne sait où il est, quel jour nous sommes. Mais Andréas a plutôt intérêt d’obéir à la lettre Kurtz, car il pourrait bien perdre sa progéniture dont il ne sait pas non plus où elle se trouve et comment elle se porte… Voilà ce qui rend intéressant la narration, d’avoir l’enquête en cours et son évolution d’un côté et de l’autre, suivre Andréas dans sa séquestration et son devenir… Deux personnages évoluant chacun de leur côté mais qui au final, amène l’un vers l’autre et vice versa.

Kurtz, un personnage machiavélique mais très intéressant, nous découvrons ses origines dans quelques flash-back, une enfance pas tendre, la vie ne l’aura pas gâtée… Plus Rufus progresse dans l’enquête plus il découvre un adversaire redoutable. Le personnage de Kurtz est très bien imaginé, il pense à tout, il calcule tout, avant après… même quand vous pensez qu’il y a une faille.

Une lecture que j’ai trouvé intense, qui monte en puissance au fil des pages. Pas de temps de pause, des rebondissements à fin de chapitre, les auteurs vont même jusqu’à torturer Rufus, on n’épargne personne, pas même les gentils, pas même le lecteur… et la fin… comme on dit « le calme avant la tempête… »

Va falloir entamer la suite sans trop attendre…

Un thriller comme on les aime, pour des sensations comme on aime…

Publicités

« Mourir sur Seine » de Michel Bussi.

Mourir-Sur-Seine

« Un meurtre… Huit millions de témoins.
Sixième jour de d’Armada 2008. Un marin est retrouvé poignardé au beau milieu des quais de Rouen !
Quel tueur invisible a pu commettre ce crime impossible ?
Quel étrange pacte semble lier des matelots du monde entier ?
De quels trésors enfouis dans les méandres de la Seine sont-ils à la recherche ?
Quel scandale dissimulent les autorités ?
Une implacable machination… qui prend en otage huit millions de touristes.
Une course effrénée contre la montre avant la parade de la Seine.
L’histoire de la navigation en Seine, stupéfiante et pourtant bien réelle, livre la clé de l’énigme. Les quais de Rouen, le pont Flaubert, le cimetière de Villequier, la chapelle Bleue de Caudebec-en-Caux, l’aître Saint-Maclou, l’hôtel de Bourgtheroulde, les rues médiévales de Rouen, les berges de la Bouille, la Marais Vernier… deviennent autant de scènes de cette enquête défiant l’imagination. »

Mon Avis : Voilà un auteur que je vois partout et dont les avis sont très positifs. Évidement j’ai eu vite envie de le découvrir moi qui ne suis pas auteur français, Michel Bussi a réussi à me faire changer d’avis.

Ce premier titre m’a tout simplement séduite ! L’auteur m’a fait voyager dans le temps en remontant les siècles jusqu’aux pirates, leurs contes, leurs légendes, leur trésor enfoui à jamais retrouvé. J’ai été témoin de ce fabuleux défilé de trois mâts venus de tout pays, en pleine Armada qui se déroule tous les 5 ans.

L’histoire commence avec la découverte du corps d’un marin mexicain sur le quai, jeune marin venu sur le magnifique trois mâts mexicain « Cuauhtémoc ». Macabre découverte qui à première vue pourrait faire penser à un règlement de compte entre matelots ivres. Sera chargé de l’affaire le commissaire Gustave Paturel.

Jusque là on pense à une enquête de routine qui pourrait se résoudre assez vite mais les résultats du légiste met le doute sur toute l’affaire, à savoir qu’entre le coup de couteau qui aura été fatal à la jeune victime et la décomposition de son corps, il se passe 3 bonnes heures. De plus la découverte de tatouages sur le corps du jeune mexicain ainsi qu’une marque au fer rouge ou encore son téléphone portable qui reçoit encore des textos après la mort de ce dernier. L’enquête se révèle être enfin de compte une énigme.

En parallèle, une journaliste de 35 ans, Maline Abruzze, travaillant dans un journal local « le Seinomarin » mènera aussi son enquête. Une course contre la montre commence pour notre journaliste, une chasse au trésor, des courses poursuite, des meurtres en série… Le temps est compté pour éviter plus de victimes sans vouloir affoler toute une population alors que tous est au RDV pour l’Armada.

Quelle performance M. Bussi !!! J’ai adoré, entre une enquête policière, découvrir la ville de Rouen, la Seine et son port, le RDV de millions de spectateurs pour le plaisir des yeux. L’auteur m’a fait voyager, m’a fait découvrir de beaux paysages comme si j’y étais en tant que touriste, je connais pas Rouen, je ne connais pas la France mais quel joie j’y ai ressenti. J’avoue que la diversité des paysages que nous dresse ici l’auteur m’a fait accrocher à la lecture…

Vous l’aurez compris, un coup de cœur pour ce premier Bussi que je lis, une agréable surprise et un étonnant voyage…